Projet

Maturité professionnelle – Parcours de formation, défis et potentiels

Jeunes étudiants assises devant école
Pour répondre aux besoins en personnel possédant un titre tertiaire et maintenir l'attrait de la formation professionnelle, il convient de renforcer encore la maturité professionnelle (MP). Dans notre quatrième rapport de tendance, nous explorons les facteurs qui favorisent ou entravent la réussite d’une MP et la transition consécutive vers le degré tertiaire.

Le projet a pour objectif d’identifier les défis et potentiels de la MP à l’intention des acteurs et des partenaires de la formation professionnelle, ainsi que d'autres spécialistes intéressés. Pour la première fois, une attention particulière est accordée au rôle de la profession CFC pour l’accès à la MP ainsi qu’à sa valorisation dans les hautes écoles. Nous présentons également les récentes conclusions de l’étude coût/bénéfice qui reflète le point de vue des entreprises sur la MP, analysons les différences cantonales en termes de taux de maturités (professionnelles) ainsi que les mesures de flexibilisation désormais à disposition pour renforcer la MP.

Les résultats du rapport de tendance seront présentés lors de la Journée nationale de l'Observatoire suisse de la formation professionnelle, le 29 octobre 2020 ainsi qu’au sein de la Commission fédérale de la maturité professionnelle CFMP. Cet organe en discutera afin d’évaluer le potentiel de développement de l’ordonnance et du plan d’études cadre de la maturité professionnelle.

Méthode

Au fil de cinq chapitres, le quatrième rapport de tendance analyse l’évolution de la maturité professionnelle et les défis qui se posent à elle.

  • Nous fondant sur les données longitudinales issues de la statistique de la formation de l’OFS sous sa forme modernisée, nous retraçons le parcours de formation de jeunes sur cinq ans (2012-2017), à savoir de la fin de l’école obligatoire au CFC et de l’obtention du CFC à l’entrée dans une haute école. Nous mettons particulièrement en lumière les différences entre professions CFC et entre cantons. Quels facteurs favorisent la réussite de la MP et la transition vers une haute école ? Quelles sont les différences à cet égard selon les professions et les cantons ?
  • Sur la base des données de l’étude coût/bénéfice, nous analysons le point de vue des entreprises sur la MP1. Pour renforcer cette formation, la disposition des entreprises à accueillir des apprenti-e-s MP est essentielle. Ces derniers étant moins présents sur le lieu de travail en raison des cours supplémentaires suivis en école, ils peuvent moins souvent être employés à des tâches productives dans l’entreprise. Comment les entreprises évaluent-elles le rapport coût-bénéfice des apprenti-e-s MP comparé avec les apprenti-e-s ne visant que le CFC ? Quel bénéfice retirent-elles de la formation d’apprenti-e-s MP ? Qu’est-ce qui les distingue de celles qui ne forment pas d’apprenti-e-s MP ?
  • Pour lutter contre la stagnation ou, dans certains domaines, la baisse des titres MP1, les écoles de MP de toute la Suisse ont depuis 2017 la possibilité d’assouplir la formation MP1. Les mesures de flexibilisation adoptées à cette fin – examen avancé ou retardé de certaines branches et possibilité d’échelonner le début de la MP1 et de l’apprentissage – doivent permettre d’alléger la charge des apprenti-e-s MP1 et de rendre la MP plus attrayante pour les entreprises. Nous montrons comment ces mesures sont appliquées et évoquons le potentiel pédagogique jusqu’ici peu exploité que recèlent ces outils et d’autres modèles de conception de la MP.

Le rapport sur la méthodologie (en allemand) contient de plus amples informations sur les bases de données.

Publications
Transfert dans la pratique
Format : 2021
Etat du projet: 
En cours
Date: 
1.9.2019 - 31.3.2021
Mandant/-e-s: 

Secrétariat d'État à la formation, à la recherche et à l'innovation SEFRI